Biographie Jimmy Page

Guitariste du groupe Led Zeppelin

James Patrick Page est né à Heston près de Londres, le 9 janvier 1944 d'une mère, secrétaire chez un médecin et d'un père, directeur du personnel.
A l'age de 8 ans, sa famille s’installe plus au sud, dans la campagne proche de Londres, à Epsom. James, fils unique calme et solitaire, va à l’age de 13 ans, être marqué par le titre « Baby, Let’s Play House » d’Elvis Presley. Il débute ainsi la guitare et suit quelques cours à Kingston sur la Tamise. Loin de s’inquiéter de cette passion soudaine ses parents l'encouragent. Sa mère lui offrit sa première guitare électrique, une demie caisse Hoffman. Puis rapidement se furent une Futurama Grazioso et une Fender Stratoscaster. Jimmy Page étudia les jeux de Scotty Moore et de James Burton, deux musiciens de la country qui avaient adapté leurs jeux à la guitare électrique. Jimmy fit aussi la connaissance d’un autre apprenti guitariste : Jeff Beck. Désormais plus aguerri Jimmy se joint à des groupes locaux, alors l'adolescent poli et réservé laisse place à un joueur passionné et il devient bientôt une référence pour les jeunes guitaristes du coin. Jimmy Page quitte l’école à l’âge de 14 ans pour poursuivre sa carrière musicale et, après quelques accompagnements avec le poète Royston Ellis et le chanteur Red E. Lewis, il est approché par Neil Christian, chanteur du groupe The Crusaders lors de son passage à Epsom. Il lui propose de le suivre en tournée mais le fragile Jimmy supporte mal la vie en tournée et tombe sérieusement malade, atteint par une mononucléose infectieuse. En convalescence, Jimmy s’inscrit au Sutton Art College de Surrey pour s'adonner à la peinture et laisser la musique de coté pendant quelque temps. Après plus d’un an de silence Jimmy fait de nouveau des incursions dans les concerts du Marquee Club, auprès de groupes comme Les All Stars de Cyril Davies ou Blues Incorporated. Il y joue avec des guitaristes en devenir, à l’instar de Jeff Beck et Eric Clapton.

Un soir, John Gibb de The Silhouettes le remarque et lui demande s’il est prêt à l’aider à enregistrer des singles pour EMI, dont The Worrying Kind. Mais c'est l'offre de Mike Leander de Decca Records que Page accepte, et sa première session pour le label est l’enregistrement de Diamonds par Jet Harris & Tony Meehan, deux anciens Shadows, un tube qui devient numéro 1 en Grande-Bretagne au début de l’année 1963. Page se lance alors dans un travail en studio à temps complet. En tant que guitariste de studio, il est connu sous le surnom de Little Jim, pour éviter la confusion avec Big Jim Sullivan, alias Big Jim.
En 1965 après le départ d'Eric Clapton des Yardbirds, la place est proposée à Jimmy. Mais il la refuse et conseille à sa place Jeff Beck. Ce dernier, reconnaissant, devait plus tard lui offrir une élégante Fender Telecaster. Jimmy la décora en peignant lui-même des motifs psychédéliques. Jimmy enregistre aussi un single avec She’s just satisfies pour la face A et Keep Movin en face B qui passe totalement inaperçu. Finalement voulant à tout prix changer d’air il accepte une place chez les Yardbirds. Il sera filmé avec eux par Michelangelo Antonioni dans son film Blow-up en 66. Mais un Jeff Beck inconstant est viré du groupe et un nouveau manager aux méthodes musclées fait son apparition : Peter Grant, ancien lutteur de 120 kilos. Malgré cela Jimmy Page, sa Telecaster psychédélique en main, imprime de plus en plus sa marque au groupe en ayant parfois recourt à l’expérimentation (pédales d'effets, utilisation d'un archet etc.)
C'est à cette époque que Page commence à s'intéresser à la musique orientale en allant, après une tournée des Yardbirds, écouter dans son pays le célèbre joueur de sitar Ravi Shankar En 1968, Keith Relf et Jim McCarty mettent un terme à leur participation avec The Yardbirds. Contractuellement, Page doit encore un album à la maison de disques. Il recrute d’autres membres pour terminer des concerts en Scandinavie : tout d'abord il s'adresse au bassiste John Paul Jones dont il connaît l'efficacité en tant que musicien de studio minutieux et efficace. Cherchant un chanteur, il s'adresse tout d'abord à Steve Marriott, mais celui-ci fait déjà partie d'un autre groupe : The Small Faces. Il propose alors à Terry Reid de rejoinre le groupe naissant. Celui-ci lui conseille un jeune chanteur de Blues, Robert Plant, qui à son tour suggère le batteur John Bonham avec qui il avait déjà joué dans un groupe de blues plus ancien, justement The Band Of Joy.
Pour ne plus s'afficher comme les Yardbirds et marquer un tournant musical, les New Yardbirds changent leur nom pour « Led Zeppelin » le 9 novembre 1968, lors d'un concert au London Roundhouse de Chalk Farm, en Angleterre. Les expériences antérieures de Page à la fois dans le studio et avec les Yardbirds influencent fortement le succès de Led Zeppelin dans les années 1970. En tant que producteur, compositeur et guitariste, il fait de Led Zeppelin un prototype qui va devenir une référence pour les futures formations et un vecteur pour les courants proches du hard-rock et du heavy-metal. Page admet lui-même qu'il a été un gros consommateur de stupéfiants tout au long des années 1970. Page, John Bonham ainsi que leurs managers Peter Grant et Richard Cole sont des consommateurs réguliers de cocaïne. En 1976, Page commence à prendre de l'héroïne lors des sessions d'enregistrement pour l'album Presence. Mais sa toxicomanie commence à affecter son aptitude à jouer. John Bonham meurt en 1980 au domicile de Page à Clewer d'un coma éthylique, étouffé dans ses vomissures après une soirée trop arrosée; il avait bu quarante vodka en une soirée. Refusant de continuer sans lui, le groupe se sépare.

En 82, un de ses voisin Michael Winner, lui commande la bande musicale de Death Wish II (Un justicier dans la ville 2) qui ne marqua pas la mémoire des cinéphiles. (Pas plus que le Justicier de New York en 1985, avec Michael Winner).
Pendant la même période et comme Swan Song devait encore un album de Led Zeppelin à Atlantic, Page porte au jour non sans mal, 8 chansons. John Paul Jones trouva le titre : Coda. Album constitué de maigres reliefs du festin Led Zeppelin. Page refait un retour sur scène en 83 pour une série de concerts de charité aux Royal Albert Hall pour l'A.R.M.S (Action Research for Multiple Sclerosis qui combat la sclérose en plaques) organisés sous la houlette de Ronnie Lane (ex-Small Faces) atteint par la maladie. Le pôle d’attraction principal est constitué par le légendaire trio des anciens guitaristes des Yardbirds : Eric Clapton, Jeff Beck et bien sûr Jimmy Page. Devant le succès de l’événement quelques dates furent organisées aux Etats-Unis. Jimmy a pour partenaire, en remplacement de Steve Winwood, Paul Rodgers (ancien Free et Bad compagny). Les deux hommes, retrouvant franchement goût à la musique, vont enregistrer deux albums sous le nom de The Firm. Ils engagent Chris Slade (ex-Manfred Mann et futur AC/DC) à la batterie et Tony Franklin (de chez Roy Harper) un virtuose de la basse freetless. Le premier opus est éponyme, suivi de Mean Business en 1986 puis le groupe splitte.
En 1985 Jimmy a aussi participé à un album de Roy Harper (Whatever Happened To Jugula). Il se terminait par le bruit de Roy urinant et tirant la chasse d’eau. En 1988 est pubié son seul album solo (avec une participation de Robert Plant), Outrider. Led Zeppelin se reforme pour le 40e anniversaire d'Atlantic Records le 14 mai 1988 avec Page, Plant, Jones et le fils de John Bonham, Jason Bonham, pour clôturer le concert. En 1993, Jimmy Page s'associe avec le chanteur David Coverdale pour sortir un album et faire une série de concerts à travers le Monde. En 1994, Page et Plant participent aux MTV Unplugged avec un concert acoustique de 90 minutes, Unledded. Le CD suivra en octobre 1994 sous le titre No Quarter: Jimmy Page and Robert Plant Unledded. Le DVD sera quant à lui publié en 2004 : No Quarter. Après ce disque, qui fit l'objet d'une tournée, Page et Plant enregistrent Walking into Clarksdale en 1998. Depuis 1990, Page s'est fortement impliqué dans le remastering de l'ensemble du répertoire de Led Zeppelin. De plus suivront BBC Sessions en 97 (compilation d'enregistrements live) , How The West Was Won en 2003 (triple album rassemblant les concerts enregistrés au Los Angeles Forum le 25 juin et au long Beach Arena le 27 juin 72), ainsi que deux DVD (plus de 5 heures de film) retraçant la quasi-totalité de la carrière du groupe.
Il participe à diverses associations de charité comme Action for Brazil's Children Trust (ABC Trust), fondée par sa femme Jimena Gomez-Paratcha en 1998. La même année, Page fait un duo avec Puff Daddy dans Come with Me avec des samples de Kashmir. Le titre apparaît dans la bande-son de Godzilla. Page joue en live avec Puff Dady durant le Saturday Night Live. En 1999, Page fait un un album live et une tournée avec The Black Crowes. En 2001, il apparaît sur scène pour jouer Thank you avec Fred Durst de Limp Bizkit et Wes Scantlin de Puddle of Mudd pour les MTV Europe Video Music Awards à Francfort. En 2003, le magazine américain Rolling Stone le classe neuvième dans le classement des 100 meilleurs guitaristes de tous les temps. En 2005, Page est décoré de l'Ordre de l'Empire britannique pour ses actions caritatives au Brésil. Il fut nommé citoyen honorifique de la ville de Rio de Janeiro. En novembre 2006, Led Zeppelin reçoit le Prix Polar Music. Après cela, le groupe Wolfmother rend hommage à Led Zeppelin avec Communication Breakdown. La même année, il joue dans l'album de Jerry Lee Lewis, Last Man Standin, pour une reprise de Rock'n'roll de l'album IV de Led Zeppelin. Le 10 décembre 2007, Jimmy Page, Robert Plant, John Paul Jones et Jason Bonham reforment Led Zeppelin pour un concert caritatif en hommage à Ahmet Ertegun (fondateur d'Atlantic Records). Pour l'occasion, ils jouent devant 20 000 personnes (dont une multitude de VIP) à la O2 Arena de Londres. La qualité de leur prestation et le plaisir de rejouer ensemble donne au groupe l'envie d'effectuer une tournée mondiale. Cependant, Robert Plant, peu favorable à relancer la machine Led Zeppelin et occupé par sa carrière solo, contraint ses compères à laisser de côté ce projet.
Le 24 août 2008, Jimmy Page apparaît lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Pékin où il joue Whole Lotta Love dans le Stade du Nid D'oiseau aux côtés de la chanteuse Leona Lewis et du joueur de football David Beckham, faisant ainsi le pont entre Pékin 2008 et Londres 2012. En septembre 2008, certaines sources affirment que Jimmy Page, John Paul Jones et Jason Bonham se sont récemment réunis en studio pour répéter avec un chanteur américain en vue d'une éventuelle tournée mondiale. Très satisfait par ces séances de répétitions, Jimmy Page et John Paul Jones annoncent qu'ils envisagent sérieusement de reformer Led Zeppelin pour une tournée mondiale en 2009 et qu'ils n'hésiteront pas à remplacer Robert Plant, si celui-ci ne se décide pas à les accompagner. Quelques jours plus tard, le quotidien britannique The Sun affirme que Robert Plant aurait donné son accord pour participer à cette tournée mondiale en 2009. Enfin, le 30 septembre, Robert Plant rejette toute participation à ce projet.
En 2008, Page a co-produit le film documentaire It Might Get Loud de Davis Guggenheim. Il explore l'histoire de la guitare électrique, et plus particulièrement des carrières et des styles de jeu de Jimmy Page, The Edge (U2) et Jack White (The White Stripes). La première de ce film s'est déroulé lors de l'édition 2008 du Festival international du film de Toronto. Le 4 avril 2009, il introduit Jeff Beck au Rock and Roll Hall of Fame.
Source